Annales session 2 2019/2020 Flashcards Preview

x AR-M1-UCA S1 Psy cognitive de la lecture > Annales session 2 2019/2020 > Flashcards

Flashcards in Annales session 2 2019/2020 Deck (4)
Loading flashcards...
1

Quelle est la position optimale du regard (POR) dans un mot ? Décrivez ses principales caractéristiques en fonction des différentes propriétés des mots (longueur, fréquence, morphologie, sémantique). (5 points)

POR = Proche/au centre du mot
c'est normalement là où l'œil est spontanément attiré quand il fait des saccades
=> position optimale pour lecture la plus rapide car permet le traitement de plus de lettres.

Ralentissement de la lecture de 20s par lettre d'écart du centre
+ Plus d'erreur de lecture si le regard n'est pas au centre du mot

CARACTERISTIQUES:
- POR modulé par contraintes visuelles liées à la LONGUEUR du mot : si mot a plus de lettres => trop large pour voir toutes les lettres en même temps (empan d'identification est environ 8 lettres) => mot découpé en 2 par le regard qui se pose 2 fois dessus: 1 fois au centre, 1 fois sur la 2eme moitié

-POR modulé par la FREQUENCE du mot: Très Fréquent=> centre / Rare => à gauche

-règle général: l'oeil se pose là où l'info est la plus pertinente:
->> En fonction de MORPHO du mot: l'oeil se pose sur racine du mot = plus à droite quand y a suffixe/ plus à gauche quand y a préfixe.
C'est possible grâce à un prétraitement qui se passe en amont grâce à la vision périphérique et au contexte.

->> En Fonction des CONTRAINTES SEMANTIQUES: quand le mot a une partie unique, le regard atterrit sur cette partie. ex: interview -> "terview" unique-> oeil sur moitié droite du mot

2

Qu'est-ce que l'effet Cambridge ? Qu’est supposé montrer cet effet ? Pourquoi les chercheurs en psycholinguistique ont-ils critiqué cet effet ? Que montre-t-il véritablement ? (4 points)

effet tendant à démontrer l'absence d'importance de la place des lettres à part la première et la dernière dans un mot (spam internet)

texte démontre l'inverse: importance de la position relative des lettres dans le mot (pas position absolue)

texte prédictible par son contexte
moitié des mots du texte étaient restés intacts
altération des mots courts facile à décodée
changement de position de lettres que dans des positions adjacentes
les mots de fonctions n'étaient pas modifiés

3

Quelles sont les cinq questions fondamentales et leurs réponses concernant le rôle de la phonologie dans la lecture silencieuse ? (5 points)

Q1: sur la nature CONTROLABLE du codage phono: Irrépressible?
R1 : IRREPRESSIBLE, OBLIGATOIRE, NON CONTROLEE, activation AUTOMATIQUE

Q2: sur Rapidité du codage phonologique : Activation Précoce ou Tardive ?
R2 : 250ms: très rapide
Prélexicale (sémantique: 400ms)
Vérifié avec :
-une tâche d'amorçage avec un non-mot similaire phonologiquement=> effet de l'amorçage=> lecture plus rapide
-l'absence d'effet de fréquence du mot (expérience des effets de l'homophonie et du pseudohomophonie)

Q3: Le codage ortho est-il prioritaire sur le codage phono?
R3: Priorité du codage ORTHO mais les deux codages sont importants. ordre chrono: codage ORTho (200ms) puis Phono (250ms). c'est logique car lecture utilise entrée visuelle (tâche de modalité visuelle)

Q4: Quelle est la NATURE du code phono? : acoustique ou abstrait?
R4: Abstrait = non articulatoire. Phono de lecture silencieuse reprend l'aspect du langage parlé.
(la subvocalisation arrive bien plus tard, après l'accès au lexique)

Q5: QUESTION LA PLUS IMPORTANTE: Le code phono joue t il un rôle dans l'accès au sémantique ? dans la récupération de l'info sémantique ?
R5: OUI avec le code ortho. Les 2 codes permettent d'activer le code sémantique

4

Comment les psycholinguistes ont-ils concrètement dissocié l’effet d’amorçage « purement sémantique » de l’effet d’amorçage « purement associatif » ? Décrivez une expérience dissociant ces deux effets. Que mesurent ces deux effets selon le modèle de Collins et Loftus (1975) ? (6 points)

1- Idée de dissociation de ces effets d'amorçage pour savoir si, qd accélération du temps de lecture par une amorce est révèle l'effet est purement sémantique ou si l'effet est aussi associatif.
a) Distinction grâce à un travail de normalisation pour catégoriser les relations entre deux mots (relations sémantique, associative, les deux). Les paires de mots qui vont servir d'amorçage/cible sont crées (avec mesure de leur similarité sémantique ou de leur degré d'association.
b) Puis utilisation de tâche de décision lexicale et mesure de temps de lecture avec des amorçages purement sémantiques et des amorçages purement associatifs.

2- description de l'expérience:
Tâche de décision lexicale
VD: temps de décision en fonction de la relation entre les paires de mots (amorçage purement sémantique/ associatif)
Comparaisons des résultats pour amorçage purement sémantique/ associatif/ non relié
Résultats: il y a un effet de l'amorçage dans chaque condition où paires reliées => cad les 2 types d'amorçages ont chacun un effet propre.

Exemple d'une expérience:
même procédure + une condition où on permute les pairs: cible devient amorce.
Comme l'association verbale n'est pas symétrique => si l'effet existe, ça prouve que c'est un effet purement lexicale
(Etude MacRae et Boisvert 1998)

3-Selon le modèle théorique de Collins et Loftus, ces deux effets permettent de mesurer deux choses différentes:
Effet purement associatif = mesure les connexions dans le réseau lexical de la mémoire sémantique
Effet purement sémantique =mesure connexions dans le réseau sémantique de la mémoire sémantique
=> cqs pratiques = il faut dissocier les paires de mots sémantiques des paires de mots associatives si on veut travailler sur la mémoire sémantique