Troubles liés à une substance et troubles addictifs Flashcards Preview

critères DSM-5 > Troubles liés à une substance et troubles addictifs > Flashcards

Flashcards in Troubles liés à une substance et troubles addictifs Deck (52)
Loading flashcards...
1

Quels sont les 2 sous-catégories de troubles liés à une substance ?

1. Troubles liés à l’usage (TLU) : large spectre des troubles de prise de compulsive de drogue (léger à grave) ou rechutes chronique

2. Troubles induits par une substance :
- intox
- sevrage
- autres troubles mentaux induits par une substance

2

À quelle classes de médicaments/substance peuvent s'appliquer les troubles liés à une substance (TLU) ?

Préciser laquelle de 10 n'est pas applicable au TLU

Aux 10 classes communes
1. Alcool
2. CAFÉINE (N/A pour le TLU)
3. Cannabis
4. Hallucinogènes :
- Phencyclidine
- Autres hallucinogènes
5. Substances inhalées
6. Opiacés
7. Sédatifs et anxiolytiques
8. Stimulants :
- Type amphétamines
- Cocaïne
- Autres stimulants
9. Tabac
10. Substances autres

3

Pris en excès, les 10 classes communes de drogues activent quel système dans le cerveau qui contribue à créer la dépendance ?

Pris en excès, elles ACTIVENT DIRECTEMENT LE SYSTÈME DE RÉCOMPENSE = renforcement des comportements + production de souvenirs

Activation est si INTENSE du système de récompenses que les activités habituelles peuvent s’en trouver négligées

4

Les TLU amènent des changement dans les circuits cérébraux qui peuvent persister même après une désintoxication.

Comment peuvent se manifester les effets comportementaux de ces changements ?

Peuvent se manifester par :
o Rechute répétées
o Envie impérieuse de consommer la substance
quand exposé à des stimuli en rapport avec elle

5

Quels types de symptômes (3) communs aux TLU indiquent que l’individu continue à consommer la substance malgré les problèmes significatifs liée à cela.

Un ensemble de symptômes COGNITIFS, COMPORTEMENTAUX ET PHYSIOLOGIQUES contribuent à la poursuite de la consommation d'une substance malgré des problèmes significatifs r/a cette substance (ce sont tous les sx du critère A du TLU)

6

Les différents symptômes cognitifs, comportementaux et physiologique du TLU (critère A) peuvent être regroupés en 4 catégories, quels sont-elles ?

1. Réduction du contrôle

2. Altération du fonctionnement social

3. Consommation risquée

4. Critères pharmacologiques

7

Les critères A1 à A4 des TLU sont en lien avec la RÉDUCTION DU CONTRÔLE.
Pouvez-vous expliquer comment peut se manifester la réduction du contrôle ?

A1. Prendre la substance en plus grande quantité ou sur une plus longue période

A2. Présenter un désir persistant ou des effort infructueux pour ↓ sa conso ou arrêter.

A3. Passer bcp de temps à obtenir la substance, à utiliser la substance ou a récupérer des effets de la substance.
* Dans les TLU sévères = quasi-totalité des activités journalières r/a substance

A4.Envie impérieuse/craving (=besoin pressant de consommer) qui peut se produire à tout moment (Pire dans les endroits r/a la substance ex. où elle a déjà été obtenue ou consommée)

8

Les critère A5 à A7 des TLU sont en lien avec l'altération du fonctionnement social.
Pouvez-vous expliquer comment peut se manifester l'altération du fonctionnement social ?

A5. Consommation répétée qui peut conduire à l’incapacité de remplir des obligations majeures (travail, école, domicile)

A6. Continuer à consommer malgré des problèmes interpersonnels ou sociaux persistants ou récurrents, causés ou exacerbés par la consommation de la substance.

A7. Des activités sociales, professionnels ou de loisirs peuvent être abandonnées ou réduites à cause de la consommation. La personne peut même quitter une activité familiale ou sociale en cours pour aller consommer la substance.

9

Les critères A8 et A9 des TLU sont en lien avec une consommation risquée. Pouvez-vous expliquer comment peut se manifester la consommation risquée ?

A8. Consommation récurrente de la substance dans des situations ou cela est physiquement dangereux.

A9. Peut poursuivre sa consommation bien qu’il sache avoir un problème psychologique ou physique persistant ou récurrent susceptible d’avoir été causé ou exacerbé par la substance (Ex. Psychoses toxiques)

*clef de l’interro : incapacité de s’abstenir de consommer la substance en dépit des difficulté dont elle est la cause.

10

Les critères A10 et A11 du TLU sont les critères pharmacologiques du trouble, quels sont-ils ?

A10. La tolérance : Besoin d’augmenter nettement la quantité de la substance pour produire l’effet désiré ou diminution nette de l’effet de la substance lorsque consomme la même quantité qu’auparavant.
Le niveau de tolérance est variable selon les individus et les substances

*Attention :doit être distingué de la variabilité quant à la sensibilité initiale aux effets de la substance

A11. Le sevrage : syndrome qui se produit quand les concentrations sanguines ou tissulaires d’une substance diminuent à la suite d’une consommation massive et prolongée.

Peut parfois consommer la substance pour soulager ses sx de sevrage

Les Sx varient fortement selon les classes de substances et certains sont plus faciles à identifier (Ex Roh, opiacés, sédatifs hypnotiques et benzo)

11

Quelles sont les spécificités générales à préciser dans un Dx de TLU ?

Spécifier la sévérité
(Très variable en fonction du NOMBRE de critères symptomatiques présents)

De manière générale :
Léger = 2 à 3 sx
Moyen = 4 à 5 Sx
Grave= ≥ 6 Sx

spécifier si
• En rémission précoce
• En rémission prolongée
• En traitement d’entretient
• En environnement protégé

(ces spécification sont préciser dans chacun des TLU selon la substance)

12

Quels sont les 3 types de troubles induits par les substances ?

• Intoxication
• Sevrage
• Autres troubles mentaux induits par une
substance

13

L'intoxication (un trouble induit par une substance) est-il plus fréquent chez les sujet atteint d'un TLU ?

L’intoxication est fréquente chez les individus qui présente un TLU mais aussi chez les sujets SANS TLU

14

Pour quel type de substance (parmi les 10), l'intoxication ne s'applique pas ?

Le tabac

15

Qu'est-ce qui peut être altéré chez un individu qui fait une intoxication ?

o La perception
o La vigilance
o L’attention
o La pensée
o Le jugement
o Du comportement psychomoteur
o Du comportement interpersonnel

16

Expliquez comment les symptômes d'intoxication peuvent persister même si la substance en cause n'est plus détectable dans les liquides biologiques ?

Peut être relié à un effet durable de la substance sur le SNC dont la récupération est plus longue que l’élimination de la substance

17

Quels sont les critères communs des intoxications aux différentes substances ?

A- Développement d’un syndrome réversible spécifique dû à la prise récente de cette substance

B- Les changements (comportementaux ou psychologiques) problématiques, cliniquement significatifs (Ex. agressivité, labilité de l’humeur, altération du jugement)

C- …

D- Les symptômes ne sont pas imputables à une autre affection médicale et ne sont pas mieux expliqués par un autre trouble mental

18

Quels sont les critères communs du sevrage d'une substance ?

A- Suite à l’arrêt ou réduction d’une consommation massive ou prolongée, modification comportementale problématique spécifique d’une substance avec S/S physiologiques et cognitifs.

B- …

C- Souffrance significative ou altération du fonctionnement

D- Les symptômes ne sont pas imputables à une autre affection médicale et ne sont pas mieux expliqués par un autre trouble mental

19

Vrai ou Faux, le sevrage est toujours associé à un TLU ?

FAUX (mais à clarifier)
Le sevrage, en général est associé à un TLU (mais pas toujours) À clarifier car dans la codification, le code pour le sevrage inclus TOUJOURS un TLU MOYEN à GRAVE

20

Quelles voies d'administration augmente le risque de souffrir de sevrage ?

Celles qui produisent une absorption sanguine plus rapide et complète (ex. injection I.V, fumé ou sniffé) conduisent à une intoxication plus INTENSE et escalade rapide dans le mode de consommation, aboutissant éventuellement à un SEVRAGE

21

Quel lien pouvez-vous faire entre la durée d'action d'une substance et et la durée ou intensité du sevrage ?

Au sein d’une même classe de substance, les substances à durées d’action relativement courte favorisent davantage le développement d’un sevrage

Plus la durée d’action de la substance est longue, plus le délais entre l’arrêt et l’apparition des sx de sevrage est LONG et plus le sevrage est susceptible de DURER.

22

Que peut signifier une augmentation ou réduction de la fréquence ou de la quantité de la substance consommée dans un TLU ?

Une modification de la sévérité du TLU

23

Inscrit -on le Dx de TLU chez un patients qui souffre d'une intox à la cocaïne et qui souffre d'un TLU moyen ?

NON, le code CIM-10-MC choisi pour qualifier l'intox, inclue la présence d'un TLU et son niveau de sévérité

24

LE code CIM-10-MC pour le sevrage inclue toujours quel niveau de sévérité du TLU ?

Moyen à grave

25

Si la personne présente de la détresse et des problèmes en lien avec sa consommation de cannabis mais ne présente pas TOUS les critères d'un TLU, d'une intox, d'un sevrage ou d'une trouble induit. À quel Dx pouvons nous penser ?

Trouble lié au cannabis N.S

26

Comment peut-on inscrire le Dx de sevrage de plusieurs substances en même temps ?

Il faut porter chacun des Dx séparément

27

Vrai ou faux, un DDR négatif indique qu'il ne peut pas y avoir un Dx d'intox ?

faux,
Les examens de labo (sanguins et urinaires) peuvent permettre d’établir l’existence d’une conso récente des substance en cause, MAIS attention, un test positif n’est pas suffisant pour porter un DX et un test négatif n’exclut pas un Dx.

28

Par quoi commence un trouble lié à une substance généralement et vers quel âge ?
(tous les troubles :TLU, intox, sevrage, trouble induit)

Le trouble lié à une substance commence souvent par une INTOX à l’adolescence
(les 18-24 ans = prévalence la plus élevée de consommation de quasiment toutes les substances)

29

Vrai ou faux, les troubles induits par une substance, son moins grave que les TM indépendant ?

Faux,
Leurs sx ressemblent à ceux du trouble mental indépendant. (ex. idées délirantes, hallucinations, EDC, sx anxieux)

Ils ont généralement les même conséquences grave (Ex. suicide)

La différence est SURTOUT qu’ils sont susceptibles de s’améliorer après qq jours voir qq semaines d’abstinence.

Donc ils ont des TRAITEMENTS et des PRONOSTICS différents

30

Les conséquence du trouble mental induit par une substance sont-elles toujours temporaire et de courte durée ?

Non,
Habituellement temporaires et susceptibles de disparaître dans un délais d’environ 1 mois suite à l’arrêt du sevrage aigu, de l’intox grave ou de la prise du Mx

Mais on retrouve certaines exceptions (concernent certains troubles de longue durée) :
o Trouble neurocognitif induit par l’alcool
o Trouble neuro induit par une substance inhalée
o Trouble neuro induit par un sédatif hypnotique, .
o Trouble persistant des perceptions dû aux
hallucinogènes