Spectre de la schizophrénie et autres troubles psychotiques Flashcards Preview

critères DSM-5 > Spectre de la schizophrénie et autres troubles psychotiques > Flashcards

Flashcards in Spectre de la schizophrénie et autres troubles psychotiques Deck (53)
Loading flashcards...
1

Est-ce possible de présenter des périodes maniaques ou dépressives dans un trouble délirant ?

Oui mais doivent être de COURTE DURÉE comparativement à la durée globale de la période délirante
(Délire > Sx dépressif/maniques)

2

Quel type de délire ?
Thème central des idées est qu’une autre personne est amoureuse du sujet (souvent quelqu’un de supérieur à lui ou de connu)

• Type érotomaniaque

3

Quel pourrait être le Dx de quelques souffrant d'idées délirantes depuis PLUS d'un mois mais SANS d’altération marqué du fonctionnement ni de singularité ou de bizarreries dans les comportements.

Trouble délirant

4

Quel type de délire ?
thème central = conjoint infidèle (Fondé sur des déductions erronées, pas de raisons valables Ex. vêtements désordonnés)

• Type jalousie

5

Quel type de délire ?
thème central = conviction d’avoir un grand talent (mais non reconnu), d’avoir fait des découvertes importantes, avoir une compréhension profonde des choses (ou identification/relation avec un personnage éminent (ex. Jonathan qui discute avec Socrate)

• Type mégalomaniaque :

6

Quel type de délire ?
thème central = idées délirantes concernant des fonctions ou des sensations corporelles.(Ex mauvaise odeur corporelle, insectes sous-cutanés, partie du corps difforme)

type somatique

7

quel type de délire ?
La croyance délirante dominante ne peut PAS ÊTRE CLAIREMENT IDENTIFIÉE, ou quand elle N’EST PAS DÉCRITE par un des 5 sous-type ci-dessus)

Type N.S

8

Que signifie la spécification "avec contenu bizarre" qui peut être attribuée au trouble délirant ?

(LE trouble délirant est le seul trouble pouvant avoir cette spécificité de "contenu bizarre" ou "contenu non-bizarre"

Clairement invraisemblable et incompréhensible pour une personne d’une même culture, ne proviennent pas d’expérience ordinaire de la vie ou expriment une perte de contrôle sur l’esprit ou le corps (Ex. croire qu’un étranger à enlever les organes de notre corps pour les remplacer par ceux d’un autre mais sans laisser aucune cicatrice)

Ex de contenu « Non-bizarre » : conviction d’être sous surveillance policière en dépit d’une absence de preuves convaincantes

9

Lesquels des troubles du spectre de la schizophrénie et autres tr. psychotique peuvent présenter ces spécifications :
*spécifier si :
•1er épisode, actuellement en épisode aigü

•1er épisode, actuellement en rémission partielle

•1er épisode, actuellement en rémission complète

•Multiples épisodes, actuellement en épisode aigü

•Multiples épisodes, actuellement en rémission partielle

•Multiples épisodes, en rémission complète

•Continu

•Non-spécifié (N.S)

Le trouble délirant

La schizophrénie

Le trouble schizo-affectif

10

Quel type de délire ?
thème central = croyance d’être la cible de complots, escroquerie, espionnage, filature, empoisonnement, harcèlement, calomnie ou d’une obstruction à la poursuite de ses projets à long terme. (souvent colère envers le persécuteur, peut recourir à la violence contre lui ou entreprendre des démarches judiciaires ou légales contre lui)

• Type de persécution :

11

Est-ce obligatoire de spécifier la sévérité du trouble psychotique bref ?

non

12

Que permet l'évaluation quantitative des sx psychotiques primaires des 7 derniers jours sur une échelle de 0 à 4
soit :
LES IDÉES DÉLIRANTES
LES HALLUCINATIONS
LA DÉSORGANISATION DU DISCOURS
LES COMPORTEMENTS PSYCHOMOTEURS ANORMAUX
LES SYMPTÔMES NÉGATIFS ??

De spécifier la sévérité des troubles (mais n'est pas obligatoire de le faire)

13

Il est possible de spécifier certaines circonstances dans lesquelles peut survenir un trouble psychotique bref, quelles sont-elles ?

Spécifier si :
• Avec facteurs de stress marqués (psychose réactionnelle brève) : Sx surviennent en réaction à des événements qui isolément ou réunis, produiraient un stress marqué chez la plupart des individus dans une situation similaire.

• Sans facteurs de stress marqué : Sx NE SURVIENNENT PAS en réaction à des événements qui isolément ou réunis, produiraient un stress marqué chez la plupart des individus dans une situation similaire.

• Avec début lors du post-partum : si les sx surviennent durant la grossesse ou 4 semaines du post-partum

14

En plus D'AU MOINS 1 sx POSITIFS parmi les suivants (obligé le 1, 2 ou 3)
1. Idées délirantes
2. Hallucinations
3. Discours désorganisé (ex. déraillements fréquents
ou inconhérence)
4. Comportement grossièrement désorganisé ou
catatonique
Quels sont les éléments clés qui distingue les trouble psychotique bref ?

Caractère « brutal » de la survenue :
Passage d’un état non-psychotique à un état psychotique en ≤ 2 semaines, sans prodrome

15

Lesquels des troubles du spectre de la schizophrénie et autres tr. psychotique peuvent présenter la spécification "AVEC CATATONIE" et définir la catatonie

- Trouble psychotique bref
- Trouble schizophréniforme
- Schizophrénie
- Trouble schizo-affectif

Avec catatonie : Dérèglement des fonctions psychomotrices qui se manifeste par un état d’inertie et d’immobilité pouvant alterner + des épisodes d’agitation et des actes bizarres et stéréotypés. Critères (≥ 3 éléments parmi les suivants) : (p.140)
o Stupeur : ø activité psychomotrice / ø relation avec environnement
o Catalepsie : la personne semble " figée " à la manière d'une statue, elle présente une rigidité et une résistance motrices (posture maintenue passivement)
o Flexibilité cireuse : résistance légère ou nette lors du positionnement par le md
o Mutisme : absence ou quasi-absence de réponse verbale
o Négativisme : opposition ou ø de réponse à des instructions ou stimuli externe
o Prise de posture : maintien actif contre la gravité d’une posture adoptée spontanément
o Maniérisme : caricatures bizarres ou solennelles d’actions ordinaires
o Stéréotypie : mvt non-dirigés vers un but, répétitifs et anormalement fréquents
o Agitation, ø influencé par des stimuli externes
o Expression faciale grimaçante
o Écholalie : répétition des paroles d’un autre
o Échopraxie : reproduction des mouvements d’un autre
Note de codage :
Quand il y a présence de catatonie : on doit d’abord code le trouble mental comorbide puis ensuite coder la catatonie 293.89 (F06.1) catatonie associé à (nom du TM comorbide)
Ex. 290.8 (F23) Trouble psychotique bref ; 293.89 (F06.1) ; Catatonie associé à un trouble psychotique bref

16

Nommer les 2 troubles de ce chapitre qui NE RÉPONDENT PAS À L’ENSEMBLE DE CRITÈRES d’un trouble psychotique ou LIMITÉ À 1 DOMAINE

 Trouble délirant
 catatonie

17

Nommer les 2 troubles de ce chapitre qui exigent l’EXCLUSION d’un trouble schizo-affectif
Ou
D’un trouble dépressif ou bipolaire avec caractéristique psychotiques

 Schizophrénie
 Trouble schizophréniforme

18

Nommer les 2 troubles de ce chapitre qui portent sur des PÉRIODE DE TEMPS RESTREINTES

 Trouble psychotique bref
 Trouble schizophréniforme

19

Les troubles du spectre de la schizophrénie et autres troubles psychotiques présentent des anomalies dans AU MOINS 1 des 5 domaines particuliers.

Quels sont ces 5 domaines ?

-Idées délirantes
-Hallucinations
-Pensées désorganisées (discours)
-Trouble du cours de la pensée
-Comportement moteur grossièrement désorganisé ou anormal (Incluant la CATATONIE)
-Symptômes négatifs

20

Nommez des exemples de sx négatifs et précisez les deux principaux qui sont présents dans :

Le trouble schizophréniforme
La schizophrénie.

Les 2 principaux qui sont fréquents dans la schizophrénie :

1. Diminution de l’expression émotionnelle :
Réduction de l’expression émotionnelle du visage, du contact visuel, de l’intonation du discours (prosodie), des mouvements des mains, des mouvement de la tête et du visage qui transmettent les accents émotionnels du discours.

2. Aboulie :
Diminution de la motivation pour les activités auto-initiées et dirigées vers un but. (peut rester assis de longues périodes et ne montrer aucun intérêt pour la participation aux activités professionnelles ou sociales)


Les autres symptômes négatifs incluent :
3. L’alogie : diminution de la production du discours

4. L’anhédonie : diminution des capacités à éprouver du plaisir à partir d’un stimuli positif ou à se rappeler des plaisirs antérieurement éprouvés

5. L’asociabilité : fait référence au manque d’intérêt pour les interactions sociales et peut être associée à l’ABOULIE mais peut aussi être un manifestation d’une diminutions des opportunités d’interactions sociales.

21

Combien de temps doivent durer les sx psychotique pour penser au trouble psychotique bref ?

persiste > 1 jour MAIS < 1 mois avec retour complet au comportement prémorbide (parfois très BREF ex. quelques jours)

22

Comment sont décrites les hallucinations auditives ?

Perçues comme des voix FAMILIÈRES ou ÉTRANGÈRES, qui sont DISTINCTES de ses propres PENSÉES.

23

Le trouble délirant a-t-elle une évolution plus favorable que la schizophrénie ?

Oui, Évolution globale généralement meilleure que schizophrénie

Mais une partie des individus finit par développer la schizophrénie

24

Dans quels troubles de ce chapitre peut-on spécifier "avec caractéristiques de bon pronostic" ou "sans caractéristiques de bon pronostic"

Trouble schizophréniforme

25

Dans quel contexte les hallucination ne sont pas considérées comme un sx psychotique

Un contexte ou la conscience n'est PAS CLAIRE

Ex pendant l’endormissement (hypnagogiques) ou pendant le réveil (hypnopompiques) = considérées comme normales

25

Nomme un élément distinctif qui n'est pas présent dans le trouble psychotiques bref mais qui l'est dans le trouble schizophréniforme et la schizophrénie ?

Les symptômes négatifs :

1. Diminution de l’expression émotionnelle : Réduction de l’expression émotionnelle du visage, du contact visuel, de l’intonation du discours (prosodie), des mouvements des mains, des mouvement de la tête et du visage qui transmettent les accents émotionnels du discours.
2. Aboulie : Diminution de la motivation pour les activités auto-initiées et dirigées vers un but.(peut rester assis de longues périodes et ne montrer aucun intérêt pour la participation aux activités professionnelles ou sociales)
3. Alogie : diminution de la production du discours
4. Anhédonie : diminution des capacités à éprouver du plaisir à partir d’un stimuli positif ou à se rappeler des plaisirs antérieurement éprouvés
5. Asociabilité : fait référence au manque d’intérêt pour les interactions sociales et peut être associée à l’ABOULIE mais peut aussi être un manifestation d’une diminutions des opportunités d’interactions sociales.

26

Vrai ou faux, le trouble délirant est plus fréquent chez les hommes ?

Faux,
prévalence = 0,2 %
• ♂ = ♀
• Peuvent survenir chez les jeunes mais prévalence PLUS GRANDE chez les personnes plus âgées
• Plus fréquent = type persécution
• Type jalousie = plus fréquent chez HOMMES que FEMMES

27

Les personne souffrant d'un trouble délirant ont-elles un bon insight

NON,
Généralement capable de nommer les croyances perçues comme irrationnelles par autrui mais INCAPABLE de les admettre comme telles. (= insight factuel)

29

Quel symptômes est décrit ici :
• Expériences de type perceptif qui surviennent sans stimulus externe
• Sont saisissantes et claires, avec la force et l’impact des perceptions normales et ne sont PAS sous le contrôle de la volonté
• Peuvent concerner toutes les modalités sensorielles (auditives sont les plus FRÉQUENTES)
• Doivent survenir dans un contexte de conscience claire

Les hallucinations

30

Comment est le pronostic du trouble psychotique bref ?

Pronostic excellent en termes de fonctionnement social et de symptomatologie

MAIS fort taux de rechute !!!!

Quoique bref, possiblement handicap sévère et une surveillance pour protéger le sujet des conséquences d’un jugement défaillant, d’une altération cognitive ou d’actions entreprise sous l’emprises d’idées délirantes.

Risque élevé de comportements suicidaires pendant l’épisode aigu